De l’utopie à l’uchronie : le rétro-futurisme

Une autre tendance fait son apparition dans les années 60 : le rétro-futurisme. Si historiquement le terme n’apparaît qu’en 1983 (par Lloyd Dunn dans Art Magazine), ce n’est que pour couronner une tendance qui ne dit pas encore son nom. Car le rétro-design a bien acquis ses lettres de noblesse dans les années 60, sur des inspirations puisées dans la littérature. Parmi celles-ci il faut évidemment citer la science fiction baroque de Jules Vernes, qui représente pour les artistes et les illustrateurs modernes une source d’inspiration inépuisable. Son célèbre sous-marin Nautilus est ainsi devenu, au fil du temps et des relectures des Voyages Extraordinaires, l’une des première manifestions du rétro-futurisme. L’autre père fondateur de la science fiction est évidemment H. G. Wells, avec des romans de science-fiction tels que la Machine à remonter le temps ou la Guerre des Mondes. Sa machine à remonter le temps figure elle aussi au Panthéon des représentations typiques du rétro-futurisme.

Une illustration du Nautilus d’après Jules Verne
Une illustration du Nautilus d’après Jules Verne

Une illustration de la machine à remonter le temps d’après H. G. Wells
Une illustration de la machine à remonter le temps d’après H. G. Wells

L’histoire est ensuite parsemée d’autres manifestations du rétro-futurisme. La moto de Ray Courtney, construite en 1936 à partir d’une K.J Henderson de 1930, peut être vue comme une moto rétro-futuriste avant l’heure. On imagine aussi des engins futuristes façon rétro, comme des locomotives volantes ou des trains monorail. On commence alors à parler de «futurisme à vapeur» ou de «science fiction néo-victorienne». Dans les années d’Après-guerre, le courant esthétique est relayé par la littérature populaire, la bande dessinée et le cinéma. Dans les années 60, le rétro-futurisme trouve enfin une forme de consécration avec la diffusion de la cultissime série américaine The Wild Wild West (1965-69), bien connu en France sous le nom des Mystères de l’Ouest.

Ray Courtney - Rhinebeck - 1936
Ray Courtney – Rhinebeck – 1936

Train à grande vitesse à suspension magnétique - 1931
Train à grande vitesse à suspension magnétique – 1931

Véhicule monorail à grande vitesse Gyroscope - 1934
Véhicule monorail à grande vitesse Gyroscope – 1934

The Wild Wild West (Les Mystères de l’Ouest) - Série américaine - 1965-69
The Wild Wild West (Les Mystères de l’Ouest) – Série américaine – 1965-69

D’un point de vue plus philosophique, le rétro-futurisme se démarque du futurisme. Contrairement au futurisme qui est essentiellement projectif, le rétro-futurisme explore les tensions entre passé et futur, confrontant ainsi projection et rétro-projection. Il ne s’agit pas tant d’une utopie que d’une «uchronie», qui veut nous parler d’un temps absurde, improbable, d’un temps qui non seulement n’existe pas, mais ne pourra jamais exister. Il ne s’agit pas d’une science-fiction d’anticipation mais d’une science-fiction de pure imagination, d’une fantasmagorie.

Cette confrontation entre passé et futur, qui se traduit par un mélange du style « rétro » et du style futuriste, est souvent utilisée pour mettre en évidence l’aliénation des sociétés par rapport à la technologie. Le rétro-futurisme est devenu avec le temps un mouvement à part entière, touchant tous les domaines, de la littérature à l’architecture en passant par la mode ou le cinéma. Le rétro-futurisme sera prolongé dans les années 60 à 2000 pour accentuer de plus en plus son côté punk. Ainsi les courants dieselpunk, steampunk et cyberpunk sont toutes des variantes punk de la science fiction uchronique.

Page précédente Page suivante
Design, utopie et science-fiction Le bio-design et le mouvement métaboliste
Retour au menu histoire du design

4 réponses pour “De l’utopie à l’uchronie : le rétro-futurisme”

  1. [...] David Krawczyk Accessoires,Décoration,Rétro / Histoire du design On arrête pas les relectures rétrofuturistes et steampunk du design. En témoigne ce réveil imaginé par David Krawczyk, directement inspiré [...]

  2. [...] flirte avec différentes tendances, un certain cubisme, un côté Art deco, mais aussi un certain rétro-futurisme, qui peut évoquer un sous-marin à la Jules Verne. Redécouverte de cette maison spectaculaire aux [...]

  3. [...] Arlen Ness Rétro / Histoire du design,Transports Vous vous souvenez peut-être de la mémorable Rhinebeck de Ray Courtney, construite en 1936 et aujourd’hui devenue icône du rétro-futurisme. Je vous présente [...]

  4. [...] Retour sur cette étonnante installation qui s’est invitée dans les salons du Château de Versailles (dans la dernière pièce royale) du 19 juin au 30 septembre dernier. Intitulé Lilicoptère, l’oeuvre représente un hélocoptère carrossé façon Louis IV par l’artiste portugaise Joana Vasconcelos. Il s’agit très exactement d’un vieil hélicoptère Bell47G2 déniché au Portugal, symboliquement recyclé pour les besoins domestiques de Marie-Antoinette. L’artiste a eu l’idée de le parer de toutes sortes d’éléments décoratifs : feuilles d’or, cristaux, cuir, plumes d’autruche. Une oeuvre inclassable à mi-chemin entre rococo-kitsch, néo-dada-surréalisme et rétro-futurisme. [...]

Laisser un commentaire